samedi 24 juin 2017

Contes des sages qui lisent dans les étoiles de Patrick Fischmann

 Contes des sages qui lisent dans les étoiles Patrick Fischmann
Auteur : Patrick Fischmann
Maison d'édition : Seuil
Date de sortie : 4 novembre 2010
ISBN : 9782021010831
Pages : 240
Prix : 18,50

Résumé :
Voici réunis dans un même recueil des mythes cananéen, celte, égyptien, grec, indien, maya, tahitien, chinois, etc., des légendes, kirghiz, aborigène, amérindienne, orientale, des contes et récits de la Renaissance et des Lumières ainsi qu'une fiction contemporaine. A travers les vastes espaces de l’imaginaire, les "sages qui lisent dans les étoiles" contemplent un univers qui abolit le temps ; du géant Orion à la Mer de lait, un monde peuplé d’astrologues, d’alchimistes et de savants poètes. On côtoie une étoile amoureuse et un panier volant, on rencontre l’Aurore, des elfes, Giordano Bruno, Titien, Mozart… On accompagne les rois mages, on va par les chemins de Compostelle, sous la voûte céleste où d’innombrables étoiles nous parlent de nous-mêmes et de notre Odyssée.
Une somptueuse iconographie dialogue avec la farandole, pour faire de ce livre un compagnon de voyage vers l’infini.

MON AVIS : J'aime beaucoup cette collection. Le titre m'a attiré tout de suite. Nous trouvons également des illustrations magnifiques. On voyage de par le monde mais pas seulement. On voyage dans le temps et on rencontre du beau monde. Mais est-ce suffisant? Et bien non.

Mon avis est purement personnel. Il est tout à fait possible que ce livre plaise à d'autres. Dans mon cas, je suis très partagée. En effet, le fait de voyager dans le temps et de part le monde me plait beaucoup. Ce livre à l'avantage de nous permettre de découvrir différentes cultures. On peut ainsi trouver celle que nous préférons. Néanmoins, je n'ai pas vraiment accroché à certaines. En les lisant, j'avais tendance à m'endormir sur la plupart. Ce n'est jamais bon signe. Même celle concernant la renaissance ce qui m'a vraiment surprise. Je pensais vraiment que j'accrocherais. Certains contes étaient vraiment complexes. j'aime beaucoup la complexité mais pas à ce niveau là.

Rassurez-vous, j'ai quand même pu en lire certains franchement sympa notamment celui sur Mozart ou Titien, celui sur les étoiles. Il y avait un côté magique et une nostalgie rafraichissante. Il me suffisait de me sentir éveillé pour savoir que je les aimais. La fin du livre est largement meilleure.

En bref, je n'ai peut-être pas complètement adhéré à ce livre mais j'ai u au moins faire le tri entre différentes cultures.

jeudi 22 juin 2017

Buck de Jody Revenson

Buck

Auteure : Jody Revenson
Maison d'édition : Gallimard jeunesse
Date de sortie : 3 Octobre 2016
ISBN : 9782075076234
Pages : 32
Prix : 18, 90

Résumé : Une plongée unique et interactive dans l'univers de Harry Potter!
LE LIVRE: Tenant de l'aigle, du lion et du cheval, l'hippogriffe est sans doute la plus fascinante des créatures imaginaires. Le livre révèle toutes les étapes qui ont permis de filmer cet être majestueux, des méthodes d'assemblage aux techniques d'animation.
LE KIT COLLECTOR: Accompagné d'instructions de montage simples et d'idées de décoration, le kit permet de construire une splendide maquette de Buck l'hippogriffe, le précieux allié de Harry Potter.

MON AVIS : Je l'ai trouvé! Yatta! Je savais qu'il existait et j'avais eu du mal à le trouver. Même le commander était impossible. Je ne m'étendrais pas pendant la chronique. La maquette va très vite à monter. Elle est magnifique et exposée dans mon appartement avec les autres. Je pense que c'est même la plus réussie et la plus solide.

Concernant le livre, on y apprend plein de choses concernant la conception de Buck et les difficultés qu'ils ont rencontré. Les versions 3D sont vraiment réalistes et super bien faites. Les idées qu'ils ont sont surprenantes. Les techniques étaient déjà très poussées à ce moment-là. Je me demande ce qu'ils auraient fait aujourd'hui en connaissant les nouvelles techniques.

Bref, soyons honnête, je l'ai acheté surtout pour la maquette mais j'avoue avoir été surprise par les informations que j'ai apprise.

mardi 20 juin 2017

Improvisation

Nous avons la chance d'être dans un pays libre. On peut porter ce que l'on veut, dire à peu près ce que l'on veut et penser comme le souhaite. On peut aimer une personne de même sexe sans être arrêté pour autant. Nous avons beaucoup de chances. Alors pourquoi ne sommes-nous jamais satisfait de ce que l'on a? Pourquoi certains ressentent le besoin de briser leur propre bonheur?

Dans ce beau pays qu'est la France, il y a certaines personnes qui s'inquiètent plus du fait que des couples LGBT puissent se marier que de la haine qui se propage ici. Ça me dépasse. On devrait plutôt s'entre-aider, se soutenir les uns les autres au lieu de s'insulter et s'humilier....Mais c'est tellement plus simple d'humilier quelqu'un afin de se sentir supérieur...Et vous n'en avez pas honte?

Pourquoi est-ce que j'écris cela? Parce que je vois des émissions comme TPMP qui ont un public jeune qui ne prend pas ses responsabilités, qui favorise la haine et qui peut encore être diffusé comme si rien ne s'était passé, parce que je vois au quotidien les comportements de chacun, parce que je vois certains hommes se comporter comme des chiens à l'égard d'une femme.

Je sais que je me berce d'illusions mais je rêve qu'on puisse pour une fois dans notre vie nous comporter comme on le devrait : comme des êtres humains. Ou plutôt devrais-je dire comme la part lumineuse de l'être humain.

dimanche 18 juin 2017

Kasane tome 8 de Daruma Matsuura

Kasane
Mangaka : Daruma Matsuura
Maison d'édition : Ki-OON
Date de sortie : 27 Avril 2017
ISBN : 9791032700785
Pages : 208
Prix : 7,65

Résumé : Grâce au marché passé avec Nogiku, une nouvelle étoile voit le jour, Saki… Très rapidement, la comédienne commence à se faire un nom et se voit proposer un rôle d’envergure : celui de lady Macbeth, qui est aussi le dernier personnage incarné par Sukeyo. Cette troublante coïncidence inquiète Kingo Habuta, d’autant que c’est Nobuhiko Uno, l’ancien amant de Kasane, qui interprétera Macbeth !
Mais ce n’est pas la seule menace qui pèse sur la jeune actrice, car Nogiku est désormais entièrement concentrée sur sa vengeance…

MON AVIS : On avance dans cette histoire complexe et on sent la fin qui arrive. En tout il y aura 12 tomes. Et je suis frustrée! La fin du tome nous laisse sur un suspens de malade. Que va-t-il se passer? Aucune idée. Il peut se passer tout et n'importe quoi. Je pense que Habuta reste tout de même sur ses gardes. Après, reste à voir si mon pronostique est bon.

Autant Kasane est rassurée. Elle ne vole plus le visage d'une personne. Maintenant c'est un accord qu'elle a passé qui le lui permet. Elle ne ressent de ce fait aucune angoisse. Elle s'est lancée un défit énorme qu'elle rempli avec succès... Et on attend début juillet pour savoir si elle va y arriver jusqu'au bout. On se demande si on va voir quelque chose se passer entre Nobuhiko et Kasane. Quand à Nogiku, elle veut toujours se venger mais en est-elle réellement capable?

En bref, ce manga continue d'exploiter la noirceur humaine sans faire de ce manga quelque chose de glauque et c'est toute la force de ce manga. On nous oblige à comprendre le point de vue des deux sœurs même s'ils sont divergents. Vivement juillet

vendredi 16 juin 2017

Six of crows tome 2 : la cité corrompue de Leigh Bardugo

Six of crows

Auteure : Leigh Bardugo
Maison d'édition : Milan édition
Date de sortie : 24 Mai 2017
ISBN : 2745978632
Pages : 662
Prix : 18,90


Résumé : VENGEANCE. COMPLOT. TRAHISON.
Une mission sépare Kaz et ses complices de la liberté.
Une mission pour survivre devenir riches et obtenir la gloire.
Une mission au cours de laquelle tout Ketterdam se dresse contre eux.
VIOLENCE. ALLIANCE. RÉDEMPTION.
Une partie mortelle. Six destins.
Quand les dés sont truqués, ils changent les règles du jeu…

MON AVIS : Quel génie! Ce roman est juste bluffant. Je pensais que l'auteure ne pourrait plus nous surprendre au vue de la qualité du précédent...Et bien, je m'incline. Je me suis fait avoir quasiment tout le long du roman. Elle ouvre des failles dans nos petits cœurs alors qu'on sait très bien que Kaz pense à tout mais on se fait prendre quand même. Combien de fois en lisant ce dernier tome, je disais à voix haute "non, tu n'as pas fait ça!" ou "Ça peut pas se passer comme ça". Je n'en dis pas plus, ce serait spoiler.

Concernant l'écriture, rien à dire. Les mots sont choisis avec soin. Elle arrive à ne pas trahir les évènements qui suivent. Je n'ose imaginer le travail que ça a pu lui demander. En plus, en lisant les dialogues, je n'ai jamais eu besoin de vérifier qui dit quoi. Je le savais par le biais de leur parole. Pour dire le niveau. C'est juste parfait. J'ai cherché les incohérences. À chaque fois que je pensais en trouver une, j'avais l'explication plus loin. C'est d'un frustrant. Et après, on n'arrive plus à réfléchir. On se retrouve dans l'action, à ne plus respirer, à s'inquiéter pour les personnages.

Concernant les personnages, je les aime tous. Au début, je me dis que Inej est un peu au dessus des autres et après je pense à Kaz, à Nina, Wylan, Jesper et Matthias. Ils ont tous leurs personnalités, leurs forces et leurs faiblesses. Et c'est ce que j'aime dans ce roman. Ils ont beaux être pourris jusqu'à la moelle, ils n'en restent pas moins des êtres humains. D'ailleurs, Kaz qui est sûrement le plus pourri et tordu de tous, est aussi sûrement le plus humain. En apparence, il est horrible mais au final tout le monde gagne avec lui et peu de gens murent. Au contraire, il ne veut pas de mort. On suit d'ailleurs sa relation particulière avec Inej. Au final, à la fin, on ne sait toujours pas ce qu'il en est. Ou on a une idée mais pas sûr.

Jesper reste fidèle à lui-même. Pourtant on en apprend beaucoup plus sur lui. On était loin de savoir ce qu'il se passe dans sa tête et surtout je suis super contente de ce qu'il trouve dans ce roman. On l'a tous espéré et on l'a eu. (Je ne spoilerais pas, rêvez pas mais je suis vraiment contente et en plus l'auteure nous a bien torturé. On l'attendait cette scène). Wylan est le plus naïf du groupe mais il va très vite grandir et finir par admettre les choses. Il va prendre beaucoup d'assurance même si j'avoue que j'ai eu peur à un moment donné. Je me suis même dit que Kaz le protégeait. Après je me suis dit "non, il pourrait être le prochain Kaz mais plus humain". J'aurais bien aimé un petit chapitre sur lui après la fin de l'histoire.

Nina et son franc parlé ont été présent mais également la découverte de son plus grand doute. le duo qu'elle forme avec Matthias est très drôle. À chaque fois, ils finissent pas se chamailler. Matthias la soutient et sait ce qu'il se passe dans sa tête. Matthias reste le guerrier qu'il est mais il évolue et comme le dirait le dicton, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Mais alors, quand même, l'auteur aurait pu nous épargné le concernant. J'ai pas pleuré (faut croire que j'ai adopté le comportement des personnages) mais ça m'a retourné quand même. Pourquoi avoir fait ça? Franchement je me pose la question.

En bref, cette saga est juste géniale. Je relirais la saga complète d'affilé juste pour vibrer plus longtemps et repartir à la rencontre de ces personnages si atypiques et attachants.

mercredi 14 juin 2017

Distopiary tome 1 de Tellmin' et Senga Fumitaka

Distopiary
Mangaka : Senga Fumitaka
Illustrateur : Tellmin'
Maison d'édition : Pika
Date de sortie : 5 AVRIL 2017
ISBN : 9782811634476
Pages : 212
Prix : 7,50

Résumé :  Un héros n'est rien sans ses compagnons...
Combattant, mage onirique, cuisinier, pilote, alchimiste, fruitier, mage nasal…
Dans cet univers, les classes sont déterminées dès la naissance. Celle d’exterminateur comporte les plus puissants et les pires héros.
L’heure est venue pour ces exterminateurs de partir en expédition afin de rassembler des “compagnons” qui leur permettront d’abattre le 23e roi du Mal…


MON AVIS : Je tiens remercier Babelio et Pika pour ce manga gagné lors de la masse critique spéciale BD et manga. Pika m'a également offert un extrait d'un manga "les brigades immunitaires". Il me semble génial et pédagogique puisqu'il traite des défenses immunitaires dans le corps humain mais de manière amusante.

J'aime l'originalité. J'aime être surprise et avec ce manga, j'ai été de surprise en surprise. D'abord, c'est une série courte (5 tomes en tout). Ensuite, on rentre dans le vif du sujet dès les premières pages. Habituellement, on a quelques pages présentant le personnage centrale. Ici, non. On le découvre au fur et à mesure et tant mieux. On est prévenu dès le début mais j'avoue avoir été plus que surprise de découvrir le secret de Tolza. D'autant plus dans un premier tome. En shonen, généralement, on découvre dans le temps, pas tout de suite.

Il faut reconnaître que ça permet une fin de tome surprenante. Non seulement de ce fait là mais également en ce qui concerne le roi du mal. Je n'en dis pas plus sinon ce serait un spoiler. C'est surprenant sans l'être. Je m'y attendais un peu sur un point mais pas sur le reste. 

Ce manga est d'autant plus original qu'il nous montre qu'il n'y a pas de bien et de mal. En effet, à partir du moment ou il y a des morts au cours d'une guerre, la frontière entre les deux notions est terminée. Alors au final qui est le moins sombre? C'est la question à laquelle tentera de répondre le manga.

Concernant les graphismes, ils sont classiques. Tolza m'a rappelé un manwhua que j'avais lu. L'esthétique du héros y ressemble beaucoup. La personnalité est totalement différente mais on ressent bien ces émotions quand il en a. Chaque personnage est travaillé même ceux de passages. C'est un régale. J'avoue avoir été surprise par l'effet jeux vidéos concernant les combats avec les points. Il ya une explication mais au début j'avoue que ça m'a fait rire. Beaucoup moins après. 

Petit reproche que l'on pourrait faire tout de même : on sent quelques influences de grand shonen comme one piece ou Fairy tail dans l'esthétique. Je le précise parce que concernant l'intrigue on en est loin.

En bref, j'ai été agréablement surprise par ce shonen atypique et bien fichu. Je suis curieuse de lire la suite.

mardi 13 juin 2017

Le maître des livres tome 11 De Umiharu Shinohara

Le maitre des livres
Mangaka : Umiharu Shinohara
Maison d'édition : Komikku
Date de sortie : 27 Avril 2017
ISBN : 978-2372872379
Pages : 181
Prix : 8,50

Résumé : Mikoshiba est un homme simple, presque banal, mais dans la bibliothèque où il travaille, il excelle. Découvrez ou re-découvrez en sa compagnie les grands classiques de la littérature jeunesse. Retrouvez ces émotions et sentiments enfouis qui vous ont fait vibrer dans le passé et apprenez de nouvelles leçons de vie pour avancer encore plus loin. Shôta, l’un des jeunes habitués de “La rose trémière”, a depuis quelque temps une attitude étrange. Il semblerait que ce soit à cause de ce que lui aurait dit l’un de ses camarades d’école… Un onzième tome rempli de tracas et de joie, où les protagonistes débattront sur la façon de devenir un adulte et un grand frère !!Découvrez ou redécouvrez tous ces grands classiques de la littérature jeunesse qui ont fait vibrer des enfants et des adultes dans le monde entier.

MON AVIS : Plus que 4 tomes avant la fin du manga!. Je suis à la fois ravie et triste. On s'attache à ces personnages que l'on suit à chaque tome. Les enfants deviennent adolescents et on voit bien les questions qu'ils se posent. Dans ce tome, On suit principalement Shota, l'un des premiers à s'être attaché à cette bibliothèque. Il se pose des tas de questions. Mikoshiba montrera ses talents incroyables de pédagogue et fin psychologue malgré les apparences. 

Le plus de ce manga est également l'un des éléments fondateurs du manga qu'on avait un peu perdu dans les tomes précédents : la découverte ou redécouverte des grands classiques. Ceux dont il est question ne sont connus que de nom pour moi. Je ne les ai jamais lu mais j'avoue que je serais curieuse de les lire. 

On découvre également le papa d'un autre personnage. On y parle par ce biais de l'image de la femme et du fait qu'elle ne soit pas si bien considéré. Heureusement que Miyamoto et sa gentillesse est là. Je me demande s'il finira par intégrer la bibliothèque...Il commence à faire parti des meubles...et à conseiller.

Les graphismes ne changent pas. Ils sont toujours aussi beaux et simples. On y voit quand même l'évolution des personnages. On a l'impression qu'ils sont pour la majeur partie d'entre eux plus posés et plus zen. Même Mikoshiba ne râle pas autant que d'habitude. Encore une peu mais pas beaucoup.

En bref, j'ai hâte de lire le prochain tome. Je suis dingue de cette série et elle me manquera.


Chronique du tome précédent ici