jeudi 27 avril 2017

#Bleue de Florence Hinckel

#bleue
Auteur : Florence Hinckel
Maison d'édition : Syros
Date de sortie : 29/01/2015
ISBN : 9782748516869
Pages : 272
Prix : 15,90

Résumé : Silas vit dans une société où tout est fait pour vivre sereinement. Chaque jour, la Cellule d’Éradication de la Douleur Émotionnelle efface les souvenirs douloureux. Plus de deuil ou de dépression, juste un point bleu au poignet comme signe d’une souffrance évitée. Sur le Réseau, les gens partagent tous leurs faits et gestes, « veillant » les uns sur les autres. Silas est un grand romantique : il préfère garder pour lui les moments intenses de sa relation avec l’incandescente Astrid… Mais quand sa petite amie se fait renverser par une voiture, il est immédiatement emmené par les agents de la CEDE. Pour oublier.

MON AVIS : Voilà un livre qui fait réfléchir. Je remercie l'auteur de mettre un peu de plomb dans la tête de la jeune génération. Je me suis retrouvée dans le personnage de Silas, jeune homme qui fait comme les autres parce qu'il le faut non par envie. Il n'est pas accro aux technologies ni à l'équivalent de la télé...dans un monde où tout le monde est accro à ça. Cela nous permet, à nous lecteurs, de nous dire "voilà comment notre monde pourrait finir si on continue comme ça". On commence par les ordinateurs puis les téléphones portables et les réseaux sociaux. La population s'individualise de plus en plus. J'ai adoré l'idée.

Concernant l'écriture, elle est simple. On suit l'histoire du point de vue de Silas puis de celui d'Astrid, jeune femme parfaitement humaine qui fait ce que l'on fait tous : cacher ses douleurs. Le roman n'est absolument pas complexe et pousse par cette écriture simpliste à prendre conscience de la société dans laquelle on vie et de ce qu'elle pourrait devenir. Certaines phrases ne peuvent qu'exploser à la figure du lecteur. C'est clair, net et précis sans parler de l'originalité. 

Les thématiques abordées sont évidentes : le droit de souffrir et l'importance de la douleur dans la vie de chacun, le droit à une vie privée, l'importance de l'authenticité. L'auteur pointe du doigt les défauts de la société actuelle. C'est même plus subtil puisqu'elle admet les bienfaits premiers de certaines choses mais que les humains en ont soit abusés soit ils ont rendu ce bienfait malfaisant. Tout est une question de dosage.

En bref, je recommande vivement la lecture de ce roman à tous. Pas seulement aux adolescents mais également aux adultes. Vous verrez que notre monde est bien différent de ce qu'il nous semble au premier abord.

mardi 25 avril 2017

Les maisons d'édition en danger

Maison d'édition

Vous savez que j'aime les livres et que je défends l'édition ainsi que les librairies indépendantes. Néanmoins, je vois que beaucoup achète encore auprès des grandes surfaces ou de grandes chaînes. C'en est désespérant.

Ces derniers jours, j'entends beaucoup parler de maisons d'édition ayant besoin d'aide sous peine de fermeture. Parfois, il s'agit même de maisons d'édition connu. Parmi celle-ci, on trouve les éditions Fleurs sauvage ou les éditions Caïman. Vous trouverez les liens afin de les aider :


Cela me chagrine de voir autant de maison d'édition en difficulté et ça ne semble pas s'arranger. Si vous souhaitez les aider, acheter soit directement auprès d'eux (surtout pour les plus petites) soit auprès des libraires indépendants, les vrais, les puristes. 

Personnellement, je m'améliore. J'achète en ce moment plus auprès des petites maisons d'édition. Et j'ai prévu d'acheter auprès d'une autre bientôt. 

Et vous, lisez-vous beaucoup de romans de petites maisons d'édition? Allez vous les défendre? Que pensez-vous de cette situation?

dimanche 23 avril 2017

Que du bonheur! de Rachel Corenblit

Que du bonheur!


Auteur : Rachel Corenblit
Maison d'édition : Rouergue 
Date de sortie : Mai 2016
ISBN : 9782812610561
Pages : 128
Prix : 10.20

Résumé : Depuis son entrée en seconde, Angela vit un déluge de malheurs ! Réputation foutue au lycée, divorce des parents, mort du chat, ultra-trahison de sa meilleure copine, vacances en Ariège chez son papi etc.  En une série de scènes hilarantes, Rachel Corenblit nous raconte le quotidien de cette gentille boulotte qui ne mérite vraiment pas son sort. Mais le plus grand des romans ne s'appelle-t-il pas Les Misérables ? 


MON AVIS : Quel roman! Je ne m'y attendais pas. Connaissant cette collection, j'ai acheté le livre sans regarder le résumé (je sais. Ce n'est pas bien). Cependant, au vue du titre, j'ai pensé, à tort, qu'il allait parler d'un sujet plus joyeux de l'adolescence. Quoique, l'aspect joyeux est là d'une certaine façon.

Le plus gros point fort de ce roman est sa tonalité humoristique. En effet, Angela parle de ses malheurs avec beaucoup d'ironie et d'humour. En conséquences, on n'est pas déprimé du tout. Bien au contraire, on a le sourire. On ne devrait pas. Il est tout de même question de harcèlement, de dépression, de divorce et d'autres thèmes qui m'échappent sûrement. En plus, je comprends parfaitement les sujets qu'elle aborde, en ayant vécu certains. Cela devrait donc me rappeler de mauvais souvenirs. Et bien, pas du tout. Ça apporte une luminosité différente sur les miens. Avis aux personnes traumatisées par leur adolescence, lisez-le, ça va vous faire du bien.

Autre chose qui m'a plus, c'est les délires du monde parfait d'Angela. Quel adolescent n'a pas fait ça : imaginez un monde où tout se passe bien. Il m'arrive de le faire encore surtout quand j'ai une période de poisse comme Angela. Pas au même point qu'elle mais tout de même. Je serais tout de même curieuse de savoir comment l'auteur a imaginé Angela physiquement. Après tout, elle passe son temps à critiquer son physique mais est-il réellement comme elle le dit ou est-ce juste un avis subjectif?

En bref, un très bon roman qui fait du bien et pédagogique que vous recommande vivement que vous soyez ado, parents ou grands parents ou un être humain ayant passé le cape de l'adolescence avec ou sans détour.

vendredi 21 avril 2017

Le berceau des mers tome 4 de Mei Nagano

Le berceau des mers


Mangaka : Mei Nagano
Maison d'édition : Komikku
Date de sortie : 9 mars 2017
ISBN : 9782372871501
Pages : 256
Prix : 7.90

Résumé : Le duc de Heartland, que Monica et ses amis ont réussi à arracher des griffes de la marine royale, était en fait l’auteur d’un projet complètement insensé : reconstruire le “Cradle of the Sea”. Mais voilà qu’un mystérieux individu surgi de nulle part monte à bord du Lady pour tenter d’empêcher cette folle entreprise. Qui est cet homme ? Poursuivi par une impressionnante armada de la marine, l’équipage du Lady pourra-t-il arriver à bon port ?

MON AVIS : Voici le dernier tome de la série et quel tome! La lumière est faite sur le cradle of the sea. Ce n'est pas du tout ce que j'imaginais. C'est original et cohérent. Chacun dévoile son vrai visage. Les graphismes accentuent les expressions des visages. Les décors sont magnifiques. On en apprend moins sur les navires par rapport aux précédents tomes.

On va de surprises en surprises. Tous les réponses à nos questions sont révélées et même plus. Je n'avais pas fait le lien concernant les personnages disparus. Monica est incroyable, courageuse et fidèle. Louis est fidèle à lui-même et toujours aussi têtu. Niel se montre plus sensible qu'il n'y paraît. On en apprend plus sur son passé. Et la fin, je l'ai juste adoré.

En bref, une série que j'ai beaucoup aimé, courte et parfaitement maîtrisé.

mercredi 19 avril 2017

Louange de l'ombre de Tanizaki Jun'Ichirô

Louange de l'ombre
Auteur : Tanizaki Jun'Ichirô
Maison d'édition : Philippe Picquier
Date de sortie : Janvier 2017
ISBN : 978-2-8097-12
Pages : 112
Prix : 13 euros

Résumé : "Nous, les Orientaux, là où il n'y a rien nous faisons surgir l'ombre et cela crée de la beauté."
Voici enfin proposée une nouvelle traduction du livre fondateur de l'esthétique japonaise du clair-obscur et du presque rien, du subtil et de l'ambigu, opposée au tout blanc ou noir écrasé de lumière rationaliste de l'Occident.
La profonde couleur de la laque, obtenue par accumulation de couches de ténèbres. Le chatoiement de l'or et des rutilants costumes du nô et du kabuki, surgissant de la pénombre et dérobant leur clarté aux lampes à huile. La lumière tout intérieure des pâtisseries traditionnelles qui semblent rêver dans leur assiette. L'architecture de l'apaisement par les matières éteintes, le bois, la paille, contre l'hygiénique céramique.
Rédigé en 1933 dans une langue scintillante d'élégance et d'ironie, ce classique nous parle non pas d'un monde disparu mais de celui que nous voudrions faire advenir : moins de clinquant, plus de beauté modeste et de frugalité. 

MON AVIS : Ce livre est un classique de la littérature japonaise que je ne connaissais pas. Il a été écrit en 1933. Je vous vois venir d'ici. "Mais c'est vieux!" ou "Ce n'est plus d'actualité!" Je vous arrête tout de suite chers abonnés ou lecteurs de passage. Ce livre est toujours d'actualité si ce n'est plus encore sur pas mal de sujet. C'est assez impression. Certains passages m'ont fait sourire voir rire tant cela me renvoyait à des souvenirs personnelles. Pourtant, je ne suis absolument pas japonaise. Alors en quoi ce livre est-il si fabuleux?

Commençons par l'écriture de l'auteur. Il a écrit cet ouvrage comme il l'a pensé. En tout cas, cela donne cette impression. Cette authenticité est touchante. On ne peut s'empêcher d'imaginer l'auteur observer un endroit ou un objet et de voir l'expression de son visage à la lueur d'une pensée personnelle naissante. Sa capacité de raisonnement est fascinante. Son style est clair, simple et efficace mais doté d'une élégance incroyable. Il arrive tout de même à nous parler des toilettes et à rendre le sujet intéressant. (Ne riez pas. C'est très sérieux. J'avoue que ça me faisait rire jusqu'à un passage qui expliquait le pourquoi il mentionne le sujet).

Poursuivons sur le fond de ce texte. Comme dit précédemment, il est fascinant non dans le Japon des années trente que l'on évoque mais dans le fait qu'il est toujours d'actualité. L'histoire de l'invention d'un simple stylo plume et de son impact sur la société japonaise nous semble improbable et pourtant. Je vous recommande vivement de le lire si vous souhaitez en savoir plus. Ça m'a réellement stupéfaite. Il y parle également des différences entre les occidentaux et orientaux pour reprendre ses mots mais également les points communs, l'impact des nouvelles technologies, la place des personnes âgés dans une société toujours plus accès sur la jeunesse...Beaucoup de sujets toujours actuels, vous en conviendrez.

Toutefois, je vais vous expliquer pourquoi il n'aura pas de petit cœur coup de cœur. J'ai trouvé la fin un peu longue. Il se répétait un peu dans ses propos autour du théâtre nô et kabuki. Malgré ma fascination, j'avoue que quelques pages en moins n'auraient pas été de refus. (Il fallait bien que je lui trouve un défaut)

En bref, j'avais acheté ce livre pour répondre à ma passion pour le Japon sans forcément avoir un réel intérêt pour le thème et j'en ressors bousculé et plus que satisfaite. À lire d'urgence.

lundi 17 avril 2017

Blue exorcist tome 16 & 17 de Kazue Kato

Blue exorcist

Blue exorcist

















Mangaka : Kazue Kato
Maison d'édition : Kazé
Date de sortie : 20 Avril 2016 / 3 novembre 2016
ISBN : 978-2-82032-359-0 / 978-2-82032-529-7
Pages : 192 par tome

Résumé : Adopté dès son plus jeune âge par un exorciste de renom, Rin apprend un jour qu'il est le fils du mal incarné, quand son véritable père, Satan lui-même, apparaît pour l'emmener dans son monde. Mais impossible pour le jeune homme d'oublier tout ce qui lui a été enseigné jusqu'ici… Confronté à un adversaire invincible qui a consumé le seul homme à l'avoir jamais aimé, Rin fait alors le choix de combattre aux côtés des exorcistes, quitte à libérer, en dégainant l'épée de son père, la puissance démoniaque qui sommeille en lui !


MON AVIS : Voilà un manga que j'ai aimé dès ses débuts. Les graphismes sont dignes d'un shônen classique. Les amoureux de ce genre aimeront. De mon côté, je suis ravie de découvrir le passé de Shura dans le tome 17. Cette jeune femme atypique et fascinante dévoile pas mal de chose que l'on n'aurait pas imaginé. Néanmoins, on se retrouve dans une situation assez classique. Rin veut la sauver bla bla bla. Dommage que l'originalité ne s'arrête qu'au passé de Shura.

Autre point fort : les recherches de Yukio. J'ai hâte de voir la suite même si c'est frustrant que les informations ne soient données qu'au compte goutte. Concernant l'évolution du manga, je n'en vois pas vraiment à part pour Yukio. Dommage pour une série aussi prometteuse. Il serait peut-être temps de la finir. Je la continuerais en espérant que la fin soit proche. D'autant qu'il n'y a plus d'arcs, seulement de courtes aventures par tomes.

En bref, un shônen plus que classique peut-être même trop. Je pense que je vais vous concocter un petit article sur les différents genres de mangas. Qu'en dites-vous?

samedi 15 avril 2017

Les animaux fantastiques le texte du film de J.K Rowling

Les animaux fantastiques
Auteur : J.K Rowling
Maison d'édition : Gallimard
Date de sortie : 30 Mars 2017
ISBN : 9782075084055
Nombre de pages : 320

Résumé :
J. K. Rowling, créatrice de la mythique saga Harry Potter, nous invite à découvrir une nouvelle ère du Monde des Sorciers, au côté du jeune explorateur et magizoologiste Norbert Dragonneau.

Revivez le film écrit par J. K. Rowling avec le texte original de l'auteur: l'intégrale des dialogues, mais aussi l'action, le jeu des personnages, les descriptions des décors, les mouvements de la caméra...

Une aventure épique et fabuleuse, une grande histoire de magie et d'amitié.

MON AVIS : J'adore Harry Potter et son spin off. Et je trouve ça encore plus intéressant de lire le scénario du film que j'ai tant aimé. On a un point de vue différent sur les personnages et sur la fin de l'histoire. Certains détails écrits ne m'ont pas frappé à la première vision du film ni à la seconde vue. On s'aperçoit à quel point les acteurs donnent vie aux personnages avec leur personnalité et leur âme. C'est juste incroyable. Concernant le scénario en lui-même, c'est J.K Rowling. Que dire! 

Je n'avais pas encore vu de scénario. Grâce à JK Rowling, les lecteurs sont poussés à lire du théâtre, des scénarios et découvrir tant de choses et je salue cette initiative de publier tant de choses si diverses sur un univers aussi riche. Je sais que cela reste commerciale mais l'authenticité reste.

J'ai adoré picket, le botruc et le niffleur. Ils sont attachants et amusants. Tous les personnages sont attachants même si j'ai une nette préférence pour Norbert. Son côté renfermé et excentrique malgré lui touche beaucoup ainsi que son émerveillement. Il a un cœur en or et rare.

Concernant les animaux, j'ai une petite préférence pour Pickett et le niffleur. Ils m'ont fait rire tous les deux et ils sont attachants. Norbert est des plus attachants même s'il reste excentrique involontairement. En vrai, ils sont tous attachants et à la recherche de quelques choses qu'ils trouvent...ou non. Big up pour

En bref, je le recommande aussi bien au fan de la saga et de l'univers qu'à ceux qui ont adoré le film et pourquoi à d'autres.