jeudi 19 avril 2018

Réception 19 Avril 2018

Mary et la fleur de la sorcière d’après le film de Hiromasa Yonebayashi

Mary et la fleur de la sorcière d’après le film de Hiromasa Yonebayashi
D’après le film de Hiromasa Yonebayashi
Scénario : Riko Sakaguchi et Hiromasa Yonebayashi
Adapté du roman de Mary Stewart
Maison d'édition : Nobi Nobi
Date de sortie : 2 Février 2018
Pages : 112
Prix : 17,90

Résumé :  C’est l’été. Mary vient d’emménager chez sa grand-tante dans le village de Manoir Rouge. Dans la forêt voisine, elle découvre une fleur mystérieuse qui ne fleurit qu’une fois tous les 7 ans. On l’appelle la “fleur de la sorcière”. Pour une nuit seulement, grâce à la fleur, Mary possèdera des pouvoirs magiques et pourra entrer à Endor, l’école la plus renommée dans le monde de la magie, qui s’élève au-dessus du ciel, au-delà des nuages.
Le secret de la fleur de la sorcière se révèlera à elle petit à petit…

MON AVIS : J'adore les éditions Nobi Nobi. Ce livre est une adaptation du film d'animation du même nom avec des captures du film à la place des dessins classiques que l'on trouve habituellement. Le texte ajoute des informations par rapport à l'image concernée. Les graphismes sont juste comme tout film d'animation japonais de qualités.

Concernant l'histoire, elle est très belle et peu rappeler pas mal de références littéraires. Je ne dis pas ça parce qu'il s'agit d'une adaptation littéraire mais parce que l'école m'a rappelé celles comme Poudlard ou dans Gardiens de cités perdus. Le mythe de la sorcière est exploitée tout en montrant que chacun utilise ses capacités en fonction de son éducation et de sa volonté.

Les personnages sont simples et sans fioritures. Mary s'ennuie. Elle est victime vraisemblablement de harcèlement du à ses cheveux roux. Elle va en apprendre beaucoup par le biais de son expérience. Peter est un jeune garçon qui cache ses pensées et se moque un peu de Mary. 

C'est étonnant mais je remarque que dans beaucoup de films d'animations japonais, il y a un duo fille/garçon pour sauver ou éclaircir une situation. Que ce soit ici ou dans "princesse mononoke", "le château ambulant", "arriety..." ou encore "la colline au coquelicot", tous ont ce point commun. Je serais curieuse d'en connaître la raison.

En bref, cet album que je ne trouve pas si chère au vu de la qualité m'a bien plu. À défaut de pouvoir voir le film, c'est une bonne alternative. La maison d'édition propose également une version manga.

mardi 17 avril 2018

13 écrivains coréens

Je n'ai pas d'information à vous donner concernant ce livre. C'est de l'occasion.

MON AVIS : Ce livre présente 13 écrivains par le biais d'une fiche retraçant leur carrière littéraire et leur rapport à leur histoire. Ensuite, nous avons un extrait d'un de leurs textes.

J'ai eu un sentiment bizarre. Je l'ai lu en une fois. Autant, la première partie de ce livre ne m'a pas trop captivé, autant la seconde était vraiment intéressante. Peut-être par rapport aux thèmes abordés qui me correspondent plus mais aussi de par le style d'écriture. On a vraiment de tout : poésie, théâtre, nouvelle et roman.

J'ai eu une nette préférence pour Yi Munyol qui traite des différences sociales avec brio dans l'extrait, la poésie de Sin Kyongnim et de Ko Un; Oh Jung-Hi qui parle des traditions coréennes. Une mention spéciale pour Kim Won Il qui parle de la guerre avec une vérité effroyable tout comme Han Malsuk même s'il parle plutôt des conséquences.

En bref, ce recueil m'a permis de découvrir la plume des grands auteurs coréens. Certains m'ont touché et d'autres pas. Peut-être une écriture trop abstraite pour moi.

dimanche 15 avril 2018

Distopiary tome 2 de Tellmin' et Senga Fumitaka

Scénariste : Senga Fumitaka
Dessinateur : Tellmin'
Maison d'édition : Pika
Date de sortie : 5 Avril 2017
ISBN : 9782811634483
Pages : 184
Prix : 7,50

Résumé série :
Le nombre fait la force et le triomphe, la légitimité !
Dans un univers fantasy, teinté de RPG, le  23ème roi du Mal va bientôt être choisi. Il peut émerger à tout moment dans n’importe laquelle des 7 strates qui le composent.
Dans ce monde, où les classes sont paramétrées à la naissance, les Exterminateurs ont pour mission de trouver et d’anéantir le roi du Mal  avant qu’il ne soit trop tard. Pour cela, ces héros devront réunir une équipe de coéquipiers de classes différentes. Les Exterminateurs sont reconnus comme des héros mais contrairement aux autres classes, ils  ne peuvent pas acquérir d'expérience mais seulement augmenter temporairement leur puissance.
Suivez Tolza, un jeune Exterminateur, dans son voyage pour anéantir le roi du Mal en compagnie de ses coéquipiers et découvrez le terrible et sombre secret que ces derniers ne doivent jamais apprendre à propos de la classe des Exterminateurs et de leur habilité, le Supplément Héroïque !
MON AVIS :  J'avais lu le premier tome dans le cadre de la masse critique babelio et j'avais été très étonné par la qualité de celui-ci. Qu'en est-il de ce second tome?

Et bien, encore plus surprenant. Nous allons de révélations en révélations pleines de subtilités pour certaines et bien franches pour d'autres. On ne sait plus qui est du côté du bien et qui du mal. L'histoire ne se concentre plus vraiment sur Tolza, le personnage principal très atypique. On découvre plus de choses sur l'univers des exterminateurs et surtout sur le service administratifs.

Autre point intéressant, on rencontre un autre exterminateur qui a une vision totalement différente de son métier et s'en sort très bien. Je suis très curieuse de voir l'évolution de ce dernier. D'autres exterminateurs sont vaguement mentionnés, tous avec leur manière d'être et leur méthode. Tout n'est que sous-entendu mais assez pour se faire une idée du personnage quoique...À voir s'il n'y a pas de manipulations.

Concernant les graphismes, ils sont très RPG. En effet, il y a un aspect jeux vidéos très présent dans les points acquis et les niveaux. Pour les combats, ils sont très bien faits. Par contre, sachez que rien ne nous est épargné. Il reste tout de même bien violent. Après, c'est un shonen.

Ça me rappelle ce que ma mère m'a dit une fois en regardant one piece. Elle m'a dit que c'était quand même bien violent. Je ne m'en rendais pas compte parce que l'humour contre-balançait le reste. Dans "Ditopiary", il n'y a pas d'humour. Les scènes de transitions sont étranges et ne prête au mieux qu'à sourire et sont bourrés de clichés tels qu'on n'y crois pas.

En bref, je lirais la suite. Je suis vraiment curieuse de voir l'évolution de ce manga qui ne compte que 5 tomes en tout.

vendredi 13 avril 2018

Le livre des livres perdus de Georgio Van Straten

Le livre des livres perdus de Georgio Van Straten
Auteur : Georgio Van Straten
Maison d'édition : Acte Sud
Date de sortie : Avril 2017
ISBN : 978-2-330-07569-9
Pages : 176
Prix : 18 euros

Résumé : Huit histoires vraies de “livres perdus” – égarés dans des circonstances parfois  dramatiques, ou détruits pour des raisons qui vont de la censure à l’insatisfaction maniaque de leur auteur – que Giorgio Van Straten, tel un détective amoureux, tente de ressusciter à partir des traces qu’ils ont laissées.

Un tour du monde en huit volumes, et non en quatre-vingt jours. (…) Et à la fin du voyage, j’ai compris que les livres perdus ont quelque chose que tous les autres livres n’ont pas : ils nous laissent, à nous qui ne les avons pas lus, la possibilité de les imaginer, de les raconter, de les réinventer.
Et si, d’un côté, ils continuent de nous échapper, de s’éloigner malgré nos tentatives pour nous en emparer, d’un autre côté, ils reprennent vie à l’intérieur de nous et, à la fin, comme le temps proustien, nous pouvons dire que nous les avons retrouvés.

MON AVIS :  Voilà un livre dès plus intéressant. L'auteur y aborde huit livres que l'on ne pourra jamais lire. Il évoque avec simplicité et beaucoup d'humanité les raisons pour lesquelles ces livres ne pourront jamais être diffusé. On y aborde des aspects historiques, la censure ou l'homophobie parmi d'autres. 

J'ai apprécié de voyager aussi bien dans le temps que dans le monde. On pourrait avoir une idée des thèmes abordés dans ces romans perdus voir détruits. J'avoue que ce passage sur la destruction d'un livre m'a un peu blessé. L'idée de brûler un libre me choque complètement.

Le livre est très bien structuré. Un livre perdu par chapitre. L'auteur y suit une logique parfaite et chronologique tout en rappelant quelques œuvres que l'auteur du livre perdu a publié. C'est assez étonnant de voir certains noms très connu.

En bref, j'ai été absorbé par cette lecture fascinante et simple.


mercredi 11 avril 2018

Chhht de Sally grindley et Peter Utton

Chhht de Sally grindley et Peter Utton

Autrice : Sally Grindley
Illustrateur : Peter Utton
Maison d'édition : L'école des loisirs
Date de sortie : 1 Octobre 1991
ISBN : 9782211023412
Pages :
Prix : 14


Résumé : « Chhht ! Tu vas bientôt pousser la porte du château d'un géant... À partir de maintenant, reste tranquille et parle tout bas, sinon... » Deux visiteurs mystérieux pénètrent dans le château d'un géant redoutable. De page en page, ils le traversent avec les plus grandes précautions : si jamais le monstre se réveille, c'est la catastrophe !

MON AVIS : J'ai acheté cet album pour ma formation sur la littérature jeunesse. J'avoue que je n'en attendais pas grand chose. Je pensais le lire vite fait et de le laisser en plan après. Et bien non. Il m'a vraiment surprise. Le graphisme le moins agréable est en couverture. Les autres sont travaillés dans le détail. On y croise des animaux et des géants. L'histoire a pour but d'éveiller la curiosité de l'enfant mais pas seulement.

En effet, l'album possède des fenêtres à ouvrir par endroit qui attiseront sa curiosité mais surtout lui apprendront à voir les détails. Le narrateur s'adresse directement à l'enfant qui se prendra au jeu de rester silencieux et de le suivre dans les allées du château. Les graphismes aident en mettant en place une idée de grandeur partout avec un effet d'optique partant du bas vers le haut. L'enfant aura alors l'impression d'être tout petit

En bref, c'est un album jeunesse fort sympathique qui plaira, je pense, autant au grand qu'au petit.

lundi 9 avril 2018

Jambinai






De qui s'agit-il?
Il s'agit d'un groupe sud-coréen de fusion music. C'est un mélange de musique traditionnelle coréen et de rock. Ils sont trois membres :
- Lee Il Wu
- Kim Bo Mi
- Sim Eun Yong

Sur scène, ils sont accompagnés par d'autres musiciens (Ryu Myeong Hun et Choi Jae Hyeok à la batterie et Ok Ji Hun et Yu Byeong Ku).

Pour ceux qui ne connaissent pas, voici leur passage lors de la cérémonie de clôture des JO d'hiver de 2018 :


Quelques clips :


Ça vous permet de voir les extrêmes en sachant que l'album est très différent. C'est le genre de groupe que l'on préfère voir même si, à écouter, c'est déjà excellent. 

J'espère que cette découverte vous aura plus bien que je reconnaisse cette musique comme particulière. 

samedi 7 avril 2018

Être divisé de Blanche Edenn

Être divisé de Blanche Edenn
Autrice : Blanche Edenn
Maison d'édition : Plume Blanche
Date de sortie : 7 novembre 2017
ISBN : 979-10-94786-22-2
Pages : 163
Prix : 7,99


Résumé :
On a tous envie de quelque chose,
du chocolat pour certains, de l’argent pour d’autres.
Et on fait en sorte que ce besoin soit comblé.
Cat a envie de quelque chose de précis,
sa vie à elle, cette vie qui devrait être sienne.
Et elle compte bien faire en sorte d’assouvir son obsession.
Envier. Désirer. Obtenir.

MON AVIS : Je ne sais pas ce à quoi je m'attendais concernant ce livre mais certainement pas à ce que j'ai lu. Je ne sais absolument pas comment je vais faire cette chronique sans spoiler. On suit effectivement une petite fille qui s'appelle Cat qui aime plus que tout sa famille surtout sa maman. 
L'écriture est vraiment belle. On a l'impression de lire un conte écrit du point de vue d'une petite fille un peu atypique. On est, tout au long du roman, partagé entre plein d'émotions. On est ébloui par la beauté, la douceur et la naïveté de l'écriture et la cruauté de la petite fille. Elle est jalouse, a peur et surtout elle est très sombre sous son apparence chétive et mignonne.

La construction de l'histoire est très intéressante. Les évènements ne sont pas surprenants et on les attend même. C'est d'ailleurs un paradoxe puisqu'on est à la fois dans une forme de conte très touchant et dans un roman fantastique. On est à la fois absorbé par l'aspect très doux et la tension des évènements à venir.

En bref, cette lecture m'a surprise par bien des aspects. J'ai été surprise par la fin.

jeudi 5 avril 2018

Cuisine de nuit de Maurice Sendak

Auteur / Illustrateur : Maurice Sendak
Maison d'édition : École des loisirs
Date de sortie : 2015
ISBN : 9782211225632
Pages : 48
Prix : 12,70

Résumé : Boum ! Cloum, ploum, doum. Quel est ce bruit au beau milieu de la nuit ? Mickey se lève pour aller voir et se retrouve plongé, tout nu, dans une drôle d’aventure… et le pétrin plein de levain de la pâte à brioche du lendemain. Trois cuisiniers, sosies du comique Oliver Hardy, le mélangent avec le beurre et le fourrent au four pour une heure. C’est alors que Mickey dit non ! sort de là, modèle un avion avec le reste du pâton. Et comme il manquait du lait, Mickey l’intrépide décolle pour le chercher, au sommet de la Voie lactée.

MON AVIS :  Un autre album acheté pour ma formation. Le graphisme ne m'a pas dérangé. Au contraire, j'aime bien ce qui est un peu à l'ancienne mais là, c'est la logique de l'histoire qui m'a gêné. En effet, l'idée qu'un enfant voyage la nuit, ça passe. Le fait qu'il se retrouve dans une pâte pour faire du pain et ensuite dans une bouteille de lait...Je n'ai pas compris le but de l'histoire.

Vous l'aurez compris. Du fait de l'histoire très étrange, j'ai eu pas mal de difficulté à la savourer que ce soit par le texte que par le graphisme. Le graphisme est simple et peut surprendre. Par contre, le texte est très simple mais peut perturber je pense un enfant. Il posera beaucoup de questions étranges mais logique en fonction de l'album.

En bref, je n'ai pas été convaincu par cette album.